Berthe Sylva – Mon Vieux Pataud

Posted March 10th, 2018 by admin

CATALOGUE Consultez le CATALOGUE DÉTAILLÉ berthe Sylva – Mon Vieux Pataud 32516 partitions originales, publiées entre 1840 et 2002. Berthe Faquet aurait passé son enfance à Brest avant de se faire employer comme femme de chambre.

Bien qu’elle ait reconnu son fils le 27 décembre 1901, elle ne s’en occupera jamais, laissant l’éducation de l’enfant à ses grands-parents. Elle se serait mise à la chanson vers 1908. De ses débuts, on ne possède pas beaucoup de témoignages, excepté une interview où elle évoque des voyages en Amérique du Sud, en Russie, en Roumanie et en Égypte. La Marche Fière, de Karl Ditan. Elle restera pendant plusieurs années sur cette scène, puis sur celle du Casino Montparnasse. Elle interprète notamment Fioretta d’Amore, Les Braves Gens de la nuit, Les grognards qui passent ou encore Eh ! Mais la collaboration avec Bernard, le patron de cette salle, se termine mal.

Alors qu’elle était en pleine représentation, deux de ses robes furent volées, pour une somme de 900 francs de l’époque. Elle assigna le propriétaire en justice mais fut déboutée. Alger début 1913 pour le Festival de la Presse, puis en décembre de la même année. Une photo prise pendant la Première Guerre mondiale en témoigne.

En 1928, Berthe Sylva se produit au Caveau de la République. Le Raccommodeur de faïence, enregistré en 1929, se serait vendu à 200 000 exemplaires en deux ans. Les tournées en province se multiplient. Quelques anecdotes d’une authenticité plus ou moins douteuse jalonnent le parcours flamboyant de Berthe Sylva. En 1935, ses admirateurs marseillais lacèrent les banquettes de l’Alcazar, où elle joue à guichets fermés au début de la guerre, et enfoncent la porte de sa loge. En 1936, à l’enquête  quelle est votre chanteuse préférée ?

L’une de ses dernières présentations sur les ondes date de mai 1940, avec un passage chanté sur Radio-Lyon. Sur scène, un dernier tour de piste lui est offert à Lyon, en novembre de la même année, au Grand Palais. Berthe Sylva se fixe à Marseille au moment de l’armistice de 1940. Le chanteur Darcelys y fut l’un de ses amis les plus fidèles.